« Magnifier la cicatrice », visible ou invisible !

Bel article paru dans Ouest-France le 20 avril, qui explique clairement la philosophie de Chemins d’AEncrage…

« Se renforcer par un dessin symbolique »

« Ses créations s’adressent à ceux qui « ont eu un traumatisme sur leur corps : un accident, des brûlures, une opération » … mais pas que. Elle accompagne aussi ceux ayant « une cicatrice invisible : un deuil, une rupture dans le parcours d’une vie ».

« Le dessin doit ressembler à la personne, pas à moi. Il faut rentrer dans la demande des gens et être au plus près. Il s’agit de coconstruire un dessin qui va avoir un sens particulier ».

Cet article mentionne également que Chemins d’AEncrage a été depuis peu reconnue « Entreprise solidaire d’utilité sociale« , car « un certain pourcentage de l’activité sera reversé au bénéfice de personnes ne pouvant accéder au tatouage thérapeutique.

Portrait Ouest France